Asus Chakram : une souris mortelle ?

Asus Chakram en détails

Mesurant 132.7 x 76.6 x 42.8 mm et pesant 97 g dans sa configuration de base, la Asus Chakram en impose ! En effet, c’est une souris destinée aux droitiers, et aux grosses mains, même si elle convient aussi aux plus petites si on ne souhaite pas utiliser le joystick. Elle semble majoritairement conçue pour les FPS. Elle comporte deux boutons de clic principaux avec des switches Omron, et une molette de défilement sur le dessus, ainsi que deux boutons de macro sur le côté gauche. Dépassez-les, jusqu’à l’endroit où repose l’extrémité de votre pouce, et vous trouverez le stick analogique détachable, qui peut ajouter quatre entrées supplémentaires (poussée vers le haut, le bas, la gauche et la droite) si vous souhaitez intégrer des commandes de joystick standard. Le dessous de la souris comporte trois commandes supplémentaires, non personnalisables : un interrupteur d’alimentation qui permet de basculer entre les modes Bluetooth et 2,4 GHz, un bouton de sélection des préréglages DPI et un bouton d’appairage Bluetooth.

La Chakram possède un rétro éclairage ARGB synchronisable avec le logiciel Asus Aura. Le logo d’Asus est visible à l’arrière de cette dernière, en transparence du plastique, qui lui donne un effet diffus et flou, qui est à l’appréciation de chacun. Ce logo peut être changé par un disque en plastique fourni dans la mallette triangulaire, sur lequel vous pourrez dessiner à l’aide d’un marqueur afin d’avoir votre propre logo, si vous avez un talent particulier en dessin ! 

Les patins sont en PTFE de bonne qualité, rien à redire là dessus, la glisse est bonne. La connexion en wifi 2.4 GHz n’a aucune latence perceptible, en revanche j’ai eu quelques soucis de réactivité avec le Bluetooth. L’autonomie annoncée est de 80 heures en connexion wifi 2.4 GHz et de 100 heures en Bluetooth. Elle peut être rechargée rapidement en 15 minutes, soit en filaire, soit via la recharge sans fil Qi, pour une autonomie de 12h environ. Dans les faits, l’autonomie annoncée a été tenue, avec environ 75h d’utilisation en jeu.

Avec la Chakram, le stick analogique est, bien sûr, la star du spectacle. La version courte par défaut du stick ressemble en fait davantage à un disque, qui s’adapte parfaitement au côté de la souris. Techniquement, le stick peut fonctionner comme un pavé directionnel à quatre directions ou un stick de contrôle à 360 degrés, comme l’un des sticks d’une manette de jeu. En théorie, le mode stick analogique permet d’obtenir un mouvement naturel et précis dans les jeux d’action à la troisième personne qui nécessitent normalement une manette.

La Chakram semble être la première souris qui a trouvé le moyen d’ajouter un joystick qui fonctionne sans un processus de configuration douloureux. En effet, l’un des trois profils intégrés à la souris peut être reconnu et programmé comme une manette de jeu. Ce n’est pas 100 % plug-and-play, mais ce n’est pas difficile à gérer une fois que vous l’avez fait pour la première fois.

Cela dit, je ne suis pas tout à fait sûr que vous devriez le faire. Bien que la manette fonctionne, elle n’est pas particulièrement pratique ou confortable. D’une part, pousser et maintenir dans n’importe quelle direction revient à étirer un élastique. Contrairement aux sticks analogiques des manettes de jeu, la manette du Chakram se déplace à 100 % horizontalement, ce qui donne l’impression qu’elle veut revenir dans sa position naturelle et centrée. (Les joueurs d’un certain âge reconnaîtront peut-être ce joystick comme un descendant du stick analogique à profil bas de la première console portable de Sony, la fameuse PSP). Faire des ajustements fins en utilisant les muscles de la base du pouce est confortable sur de courtes périodes, mais est très fatiguant à la longue. Après avoir joué une trentaine d’heure sur le dernier opus d’Assassin’s Creed, je peux assurer que l’utilisation est douloureuse sur le long terme. 

Plus important encore, il est difficile de savoir si le facteur de forme du Chakram constitue une amélioration par rapport à l’utilisation d’un gamepad standard. Étant donné que le Chakram a besoin d’un logiciel pour être reconnu comme une manette de jeu, la possibilité de créer une configuration hybride souris, clavier et manette analogique est très limitée. Techniquement, cela varie d’un jeu à l’autre, mais chaque situation ressemble à un compromis. Parfois, il est préférable de mettre de côté la souris et de prendre une manette.

Si vous n’utilisez pas le stick analogique, il se retire facilement. La Chakram est livrée avec une petite mallette contenant des pièces de rechange, notamment un stick analogique plus long et une plaque de couverture plate. La mallette contient également un petit disque en plastique que vous pouvez remplacer par le logo ROG à la base de la souris, ainsi qu’une paire de boutons de souris de rechange. (Les switches d’origine et les switches de remplacement sont des switches Omron, prévus pour durer au moins 50 millions de clics). Bien que le fait de donner aux gens des moyens de personnaliser physiquement et, dans certains cas, de prolonger la durée de vie de la souris soit toujours bienvenu, aucune de ces options ne donne l’impression que la souris est plus complète.

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prix
Qualité / Finition
Ergonomie
Autonomie
Réactivité
Note finale

Previous Post

COUGAR annonce les boîtiers MG140 RGB et MG140 Air RGB

Next Post

Test du Raijintek Ponos MS4

Related Posts