Test Phanteks Glacier One 360 MPH RGB : Le halo de la performance

Protocole de test

Nous avons décidé de faire évoluer notre processus de test des refroidisseurs de processeur. Pour ce faire, nous avons décidé de revoir également notre plateforme de test. Intel nous a mis à disposition un Core i5-12600KF. Il servira désormais de base à nos tests de refroidissement de processeur.

Voici notre configuration :

  • Processeur : Intel Core i5-12600KF
  • Carte mère : Gigabyte Z690 Gaming X DDR4
  • Mémoire : G.SKILL 2 x 8 Go 3600 Mhz DDR4
  • Carte graphique : MSI RTX 3060
  • SDD : Samsung 980 Pro 250 Go
  • Alimentation : Corsair ATX RM850x Gold
  • Système d’exploitation : Windows 11 Pro
  • Pâte thermique : Arctic MX4

Procédure de test

Pour trouver notre point de départ, nous avons utilisé l’Arctic i35 avec le ventilateur réglé sur sa vitesse maximale. Dans le BIOS, nous avons désactivé toutes les fonctions d’amélioration du multicœurs proposées par la carte mère. Nous nous sommes tenus aux spécifications d’Intel. Nous avons ensuite utilisé Aida64 et son test FPU pour déterminer la fréquence de tous les cœurs de notre processeur et de la tension appliquée. La fréquence retenue, en dehors du boost, est de 4,5 GHz pour 1,10 V. Ainsi, nous avons fixé manuellement la tension du Vcore et la fréquence du processeur dans le bios.

Pour les tests en overclocking, nous avons activé les options d’amélioration multicœurs proposées par la carte mère. De plus, toutes les limites ont été supprimées. Nous avons ensuite réglé le CPU à 5,1 GHz à 1,25 V. Bien qu’il ne s’agisse pas de la puissance maximale que ce processeur peut tirer lors de l’amélioration du multicœur, c’est un overclock durable pour les tests à long terme. Toutefois, nous serons amenés à tester des refroidissements plus conséquents, aussi, il est possible que ce réglage évolue suivant nos essais.

Comme nous fixons la tension et la fréquence dans les deux scénarios, nous obtenons une comparaison équitable entre les refroidisseurs.

Tests réalisés

La première série de tests est réalisée en configurant le ou les ventilateurs sur le mode automatique de notre carte mère. Dans le cas des AIO, la pompe fonctionne toujours à sa vitesse maximale, fixée dans le BIOS.

Le test d’inactivité consiste à laisser le processeur inactif sur le bureau pendant 15 minutes. Seul le logiciel de monitoring est actif durant ces 15 minutes. C’est la température minimale qui est retenue sur cette période.

Le premier test de charge consiste à faire fonctionner le Stress Test CPU de Aida64 pendant 15 minutes. Il correspond à ce que nous pourrions retrouver comme charge au quotidien. Le deuxième test de charge se passe encore sur Aida64. Nous utilisons cette fois le test Stress FPU durant 15 minutes. Ce test soumet le processeur à de très fortes contraintes. Tant sur le plan de la charge que sur le plan thermique. Il s’agit d’un test unique, dans le sens où peu d’autres tests de stress ou d’applications sont capables de pousser votre processeur aussi loin. Le Stress FPU utilise les instructions AVX, AVX2 et FMA ce qui donne un haut niveau de stress.

Ces deux tests sont effectués trois fois pour s’assurer de la cohérence des températures relevées. C’est à chaque fois la température maximale qui est retenue. En effet, c’est cette température qui va affecter le fonctionnement de notre processeur. Une température trop haute et le processeur vont limiter sa fréquence, ce qui provoque un goulot d’étranglement.

Surveillance et limites de température

Le système n’est pas connecté à Internet, de sorte que nos résultats ne sont pas influencés par d’éventuelles mises à jour des pilotes ou de Windows, ni par des applications en arrière-plan.

Pour les relevés de température sur la plateforme Z690 d’Intel, nous utilisons HWMonitor et nous relevons le paramètre Temperature Package lors de chaque test. Si un test n’arrive pas au bout des 15 minutes, nous indiquerons une température de 100°C.

Bruit des ventilateurs et lecture des tours/minute

Lorsque nous testons les refroidisseurs de processeur, le reste de notre système est complètement passif. Aucun ventilateur autre que ceux du refroidisseur de CPU ne fonctionne. Cela inclut également la carte graphique et le bloc d’alimentation. Ceci est possible grâce à l’utilisation d’une alimentation semi-passive et du mode no-fan de notre carte graphique. Ainsi, nous relevons uniquement les nuisances sonores du refroidisseur du processeur.

Les niveaux de bruit des refroidisseurs présentés ont été mesurés à 15 cm. Nous avons également élargi les tests de bruit pour inclure des réglages PWM de 25%, 50%, 75% et 100%. Nous utilisons toujours notre sonomètre Protmex MS6708.

Autre nouveauté, nous allons désormais faire un relevé avec des nuisances sonores normalisées. C’est-à-dire que nous allons tester tous les refroidisseurs à un niveau sonore fixé à 45 dBA. Ce qui, comme indiqué ci-dessus, est très silencieux en raison de la façon dont nous testons. À ce niveau de bruit, un refroidisseur peut être considéré comme discret ou silencieux pour la majorité des utilisateurs.

Quand nous testons les réglages PWM de 25 %, 50 %, 75 % et 100 %, nous enregistrons également la vitesse du ventilateur du refroidisseur. Le but est de donner un point de référence direct à partir duquel les mesures de dBA ont été obtenues.

Page précédente 1 2 3 4 5 6 7 8Page suivante

Gregory

Toujours intéressé par l’évolution informatique, j’ai voulu être plus actif en intégrant Pause Hardware. Depuis je traite les nouvelles et les tests au quotidien avec l’équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualité / Finition
Performances Stock
Performances OC
Nuisances sonores
Rapport Performances / Silence
Prix
Note finale

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page