Test du Phanteks P360A : une conception maitrisée ?

Ma grand-mère disait : “Si ça marche, continue !” ou alors “On prend les mêmes et on recommence”. Ces expressions qui ont bercé mon enfance signifient en gros que si on a en main un truc qui fonctionne, on ne le change pas sans raison. Et les ingénieurs de Phanteks ont dû avoir les mêmes grands-mères ! En effet, aujourd’hui, c’est au tour du Phanteks P360A de passer entre nos mains. Celui-ci débarque donc dans nos locaux, la société l’a annoncé il y a peu.

Il vient faire suite au P360X sorti il y a un an presque jour pour jour. Déjà, à l’époque, l’objectif de Phanteks était d’apporter un boîtier avec une nette amélioration de l’airflow. Il fait ainsi partie de la mise à jour des boîtiers de la série Eclipse. Comme le P300, le P400 et le P500 (dont nous avons fait le test ici), Phanteks vient ajouter un grand A au P360 (dans ce cas-ci le X cède la place au A). Et naturellement, la façade en ABS du P360A disparaît et adopte ce mesh si particulier à la série Eclipse.

Proposé au tarif de 69,90 euros, le Phanteks P360A est un boîtier moyen tour. A-t-il bénéficié des améliorations apportées au P500A ? Peut-il lui aussi assurer en airflow autant que le reste des boîtiers au A spécifique à cette série Eclipse ? Nos grands-mères étaient-elles de grandes philosophes ?

Allez ! Faites vos valises, je vous emmène à la découverte de ce P360A !

Emballage et contenu

Phanteks nous présente le P360A de façon minimaliste comme pour les autres boîtiers que nous avons pu tester. En effet, il nous est présenté sous forme d’une esquisse avec des lignes blanches.
En son centre apparaît le nom de la série en noire et le nom du boîtier en blanc. Enfin, tout en bas du carton, Phanteks y a apposé son logo.

De l’autre côté, nous apercevons, toujours de façon schématique, une illustration montrant la face avant. Comme pour la première face du carton, la série Eclipse et le nom du boîtier apparaissent en son centre. Tout en bas, à nouveau la marque apparaît en italique et en noir.

Nous l’avons dit, le Phanteks P360A est un boîtier moyen tour, il ne pèse que 6,7 kilos. Phanteks rappelle à nouveau la série et le nom du boîtier. Tout en bas et en dix langues (Phanteks est international !), la marque nous précise que nous avons à faire à un “Boîtier PC haut de gamme à mi-tour”. Nous apprenons, accessoirement, que le mot boîtier se dit “gabinette” en espagnol. Mignon ! Enfin, Phanteks nous donne l’adresse de son site web.

De l’autre côté du carton, de haut en bas, Phanteks nous redonne une dernière fois la série et le nom du boîtier. Nous apprenons ensuite que le P360A a été conçu aux Pays-Bas et fabriqué en Chine. Phanteks rappelle aussi l’adresse de son site. Différentes étiquettes avec des codes-barres sont collées. Nous sommes donc en présence d’une version avec un panneau en verre trempé, le boîtier est équipé de DRGB et il est de couleur noire satin. Enfin, les logos inhérents au transport et au recyclage sont mentionnés.

Continuons le voyage et libérons donc le P360A de son enveloppe protectrice !

Déballage

Et le voici ! Phanteks a enchâssé le boîtier dans deux volumineux blocs de polystyrène pour éviter tout déplacement lors du transport. Le boîtier est en plus protégé par un sac plastique pour éviter toute éventuelle rayure lors des premières manipulations.

A l’emplacement des racks pour disques durs (que nous détaillerons ultérieurement), Phanteks y a déposé la boite d’accessoires nécessaires à l’installation des composants dans le Phanteks P360A. Nous y trouvons :

  • La notice en anglais (seules les E/S sur le dessus du boîtier sont traduites en français, allemand et espagnol).
  • Un sachet comprenant six serre câbles et de nombreuses vis,
  • Une petite notice indiquant les démarches à effectuer en cas de soucis avec le produit.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire