[Test] Boîtier DeepCool CH510 Mesh Digital

DeepCool CH510 Mesh Digital

Note globale (Détails à la dernière page) - 8.4

8.4

DeepCool a donc réussi, à nouveau, à proposer un boîtier efficace à un prix qui ne dépasse pas la barre des 100 euros. Nous lui attribuons donc notre badge Top Qualité/Prix.

User Rating: Be the first one !

Intérieur

Pour explorer le DeepCool CH510 Mesh Digital, nous pouvons ôter la façade. Celle-ci s’enlève en tirant dessus par le bas.

A l’arrière, la façade abrite le petit écran et son circuit imprimé.

Celui-ci se branche à la carte mère grâce à une prise USB interne.

Une fois enlevée, la façade cède sa place à un autre filtre. Aimanté également, il s’enlève facilement pour son nettoyage. Il servira à protéger l’emplacement prévu pour trois ventilateurs de 120mm ou deux ventilateurs de 140mm. Pour les aficionados du watercooling, il sera possible d’y installer un radiateur de 120 à 360 mm.

Nous voici dans la partie intérieure droite du DeepCool CH510 Mesh Digital. La paroi est fixée au châssis grâce à deux vis imperdables. Nous avons un espace de 20mm de profondeur pour l’organisation des câbles. Cet espace peut se diviser en trois zones distinctes.

À gauche, nous avons deux passe câbles en caoutchouc. Ils serviront à l’acheminement des câbles de l’arrière (alimentation, câbles du boîtier, des disques) vers la carte mère. Ces passe câbles sont entourés de dispositifs sur lesquels nous pouvons attacher les câbles du boîtier grâce aux serre câbles fournis.

En dessous de l’emplacement réservé au dos de la carte mère, DeepCool a prévu deux emplacements pour disques 2,5″. Les disques viennent se fixer à des rondelles antivibration.

DeepCool propose un système de fixation simple. Il suffit de visser des petits picots sur les disques et ensuite de plaquer les disques sur les emplacements prévus (système utilisé chez Cooler Master également).

Enfin, en dernière zone de cette partie intérieure droite, nous avons le tunnel d’alimentation.
A sa gauche, nous avons une cage à disques durs. Celle-ci est fixée au châssis grâce à des encoches et des vis. La cage pourra se déplacer vers la façade pour laisser une place plus importante à l’alimentation qui viendra s’installer à sa droite.

La cage à disque pourra recevoir deux disques 3,5″ ou un 2,5″ + un 3,5″.

Enfin, à droite du tunnel d’alimentation viendra se placer l’alimentation. Elle reposera sur quatre patins antivibration et aura jusqu’à 240mm d’espace avec ses câbles.

Concernant les branchements du boîtier, nous avons :

  • Une prise USB-C,
  • Les prises Power, Reset et HDD LED,
  • Une prise audio,
  • Une prise USB 3.0.

Passons de l’autre côté du DeepCool CH510 Mesh Digital. Pour sécuriser la paroi en verre trempé, il sera possible de la fixer au châssis grâce au trou prévu dans le système d’éjection.

La paroi est magnétique pour une fixation supplémentaire. Elle est en plus équipée de bandes isolantes et mesure 4 mm d’épaisseur.

Nous voici dans la partie principale du DeepCool CH510 Mesh Digital. La société a logiquement conservé le châssis du CH510. L’utilisateur pourra installer des cartes mères au format Mini ITX, Micro ATX, ATX, E-ATX. Les ventirads pourront aller jusqu’à 175 mm de haut et les cartes graphiques pourront mesurer jusqu’à 380 mm de long. Nous retrouvons nos deux passe câbles en caoutchouc.

DeepCool livre son boîtier avec un support de carte graphique. Peu esthétique mais fonctionnel, il pourra se régler en hauteur, à deux endroits (de chaque côté du passe câble inférieur). C’est une simple équerre avec un bras mobilisable horizontalement. Ce bras est recouvert de mousse protectrice pour éviter d’abimer la carte graphique.

En arrière, nous retrouvons le seul ventilateur de 120 mm préinstallé. Nous avons également les sept emplacements d’extension.

A droite, nous avons l’emplacement du système de refroidissement. Celui-ci pourra recevoir trois ventilateurs de 120mm ou deux ventilateurs de 140mmmais également un radiateur de 120 à 360 mm.

En bas, au-dessus du cache alimentation, DeepCool réserve un espace qui pourra recevoir deux ventilateurs de 120mm. Cet espace est ajouré pour une permettre la circulation de l’air.
A droite, l’espace alloué au radiateur et ses ventilateurs est de 73 mm.

Enfin, tout en haut, nous avons un emplacement pour trois ventilateurs de 120mm ou deux ventilateurs de 140mm mais aussi un radiateur de 120 à 360 mm.

Le ventilateur préinstallé dans le DeepCool CH510 Mesh digital n’est pas répertorié sur le site de la marque. Nous n’avons donc pas d’informations techniques le concernant. Il est alimenté par une prise 3 pins.

Passons au montage maintenant !

Pour faire notre test, nous avons donc équipé le DeepCool CH510 Mesh digital de la configuration suivante :

  • ASUS ROG Strix B550-F Gaming
  • AMD Ryzen 5 5600X
  • 16 Go HyperX Fury 3200 MHZ DDR4
  • AMD RX 6750 XT
  • Fractal Design ion+ 860P
  • be quiet! Dark Rock 4
  • SSD Samsung 970 EVO NVMe M.2 250 Go

Notre configuration s’installe sans soucis dans ce boîtier. Les passe câbles en haut permettent un branchement facile vers la carte mère. Ceux du bas, par contre, sont un peu proches du bas de la carte mère et il faudra faire preuve de souplesse digitale pour y passer et brancher les câbles.
Attention, si l’utilisateur fait le choix d’installer une carte mère E-ATX, les passe câbles en caoutchouc seront condamnés.

Comme nous le disions, le verre trempé de la paroi gauche a une teinte prononcée. Elle laisse cependant passer de nombreux détails.

La star de ce DeepCool CH510 Mesh Digital est le petit écran placé en haut de la façade. Son intégration est parfaite et seul l’affichage sera visible grâce à un noir profond qui se marie idéalement avec le haut de la façade. La température du CPU ou du GPU s’affiche et est située juste en dessous du logo de la marque. Une barre de progression est également présente. Elle augmentera conjointement avec l’augmentation de la température.

Pour gérer l’écran, DeepCool propose le téléchargement d’un logiciel (le téléchargement se passe ici). Il ne pèse que 81,6 Mo et est en version 1.0.9. Pour ce logiciel, il n’y a pas d’interface tiers, l’écran se contrôle à partir de l’icône (logo de la marque) située en bas à droite du bureau.

Un clic permet de déployer quelques réglages. Le premier sera de choisir la langue de l’utilisateur.

Il sera ensuite possible de sélectionner :

  • Les unités Celsius ou Fahrenheit,
  • La température du CPU ou du GPU,
  • Le lancement au démarrage de Windows,
  • L’assistant (Site de la marque, mises à jour, version),
  • La Langue,
  • Le redémarrage de l’application,
  • La fermeture de l’application.

Page précédente 1 2 3 4 5Page suivante

Arnaud.O

Comme Obelix, je suis tombé dedans étant petit. Heureux possesseur d'un Commodore 128 à 14 ans, j'ai côtoyé les Atari et Amiga de l'époque avant de plonger définitivement dans le monde du PC. Infirmier libéral de profession, je suis habilité à vous prescrire une bonne dose de news et de tests.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualité / Finition
Design
Agencement interne
Flux d'air
Câble management
Capacité Watercooling
Prix
Note finale

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page