AMD résultats financiers et “Zen 4” en 5nm

AMD a publié mardi ses résultats financiers pour le deuxième trimestre 2020. La société a réalisé un chiffre d’affaires de 1,93 milliard de dollars pour le trimestre, et a enregistré une croissance de 26 % de son chiffre d’affaires par rapport à l’année précédente. Lors de sa présentation aux analystes financiers par conférence téléphonique, AMD a révélé quelques éléments intéressants sur l’avenir proche.

Rassurer les investisseurs…

La présentation d’AMD visait principalement à rassurer les investisseurs sur le fait que (contrairement à Intel) elle promet une feuille de route stable, que rien n’a changé sur sa feuille de route et qu’elle a l’intention de tout exécuter à temps. “Au cours des deux derniers trimestres, nous avons constaté qu’ils voient nos performances et nos capacités. Vous pouvez compter sur nous pour établir une feuille de route cohérente. Nous veillons à ce que les puces Milan, qui sont importantes pour nous, soient livrées dans le courant de l’année. Les recrutements pour Zen4 en 5nm sont déjà en cours. Nous pensons que les clients sont très ouverts. Nous nous sentons bien placés”, a déclaré le Dr Lisa Su, présidente et directrice générale.

Source : AMD

Avec des nouveautés…

Pour commencer, la PDG a confirmé que la société lancera la micro-architecture “Zen 3” avant la fin de l’année. Ce qui signifie que les produits Ryzen et EPYC “Milan” se basent sur “Zen 3”. Le lancement de l’architecture graphique RDNA2 et de l’architecture de calcul scalaire CDNA sont confirmés. La société a commencé à expédier des SoC semi-personnalisés à Microsoft et à Sony. Pour qu’ils puissent fabriquer en volume leurs consoles de jeu Xbox Series X et PlayStation 5 pour les fêtes de fin d’année. Ces livraisons pourraient contribuer de manière importante aux bénéfices de la société pour le troisième trimestre de 2020. Le CDNA ne jouera pas un grand rôle en 2020 pour AMD. Mais il y aurait davantage de possibilités pour la gamme de GPU des centres de données en 2021, avec le lancement du CDNA2.

Sur les processeurs et les cartes graphiques

La PDG, Lisa Su, a également rappelé que la future micro-architecture “Zen 4” est “en laboratoire et qu’elle a fière allure”, et qu’elle se base sur un procédé de fabrication en 5 nm. La présentation de la société AMD confirme que “Genoa” sera le nom de code du produit EPYC basé sur “Zen 4”. La diapositive suggère un déploiement de “Genoa” en 2021. La même présentation indique également que les produits Ryzen basés sur “Zen 3” débuteront en 2020, et que l’architecture graphique RDNA3 fera ses débuts en 2021 sur un “Advanced Node”. Les puces graphique grand public restent un point faible pour AMD, avec des revenus en baisse. AMD parie sur le RDNA2 et un “rafraîchissement complet” de ces produits pour redresser la barre. Alors que les expéditions semi-personnalisées seront le moteur des revenus du troisième trimestre, le quatrième trimestre devrait être porté par “Zen 3” et le RDNA2.

Une production tendue

AMD ne célèbre pas encore les maladresses d’Intel sur la finesse de gravure. En tant que fabricant sans usine, la société est toujours à la merci de TSMC pour la production en volume. Lisa Su a indiqué que la situation de l’approvisionnement en 7 nm est “toujours tendue” pour AMD. Elle a déclaré que la société travaille avec TSMC pour s’assurer qu’elle pourra satisfaire la demande de ses clients.

Avenir du x86 ?

AMD ne semble pas être inquiet avec le “Tiger Lake” d’Intel. Les processeurs Ryzen de la série 4000 basés sur “Renoir” continueront à générer des revenus pour AMD dans le segment mobile, d’ici le deuxième semestre 2020. Dans cet appel, un analyste de JP Morgan et Chase a partagé les résultats de l’enquête auprès des CIO de l’ensemble du secteur. Selon cette dernière, les CIO sont de plus en plus réceptifs au déploiement des processeurs EPYC d’AMD. Un analyste a également demandé à AMD si elle voyait une menace avec ARM dans l’espace serveur. En particulier à la lumière de l’abandon du x86 par Apple. Lisa Su a déclaré qu’elle était tout à fait convaincue que les marchés des PC et des serveurs resteraient principalement axés sur le x86. Et que c’était aux fabricants de puces de veiller à ce que le x86 reste compétitif.

Retrouvez l’actualité hardware ici

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire