216 Pure White Edition : design & performances ?

Intérieur

Nous ne pouvons pas en rester là, il faut aller voir ce que ce InWin 216 Pure White propose à l’intérieur.

Et pour visiter ce boîtier, enlevons la façade. Entièrement en plastique, elle se déclipse facilement en tirant vers soi par le bas. Elle est fixée au boîtier par des petits crochets insérés dans le châssis. Nous retrouvons les différents câbles partant des E/S situées en haut de la façade.

Nous retrouvons un troisième et dernier filtre. Il est clipsé dans le châssis et assurera un barrage efficace contre la poussière. Il se nettoiera aussi facilement. Le filtre recouvre entièrement l’espace réservé à l’installation de trois ventilateurs de 120 mm ou d’un radiateur pour refroidissement par watercooling de 360 mm maximum. Ceux-ci seront ajustables en hauteur grâce à de multiples fentes taillées dans le châssis. Le passage des câbles de la façade vers l’intérieur du boîtier se fera par l’ouverture située à droite de cet espace.

Allons un peu plus loin dans la découverte de l’InWin 216 Pure White. Et pour enlever la paroi en acier située à droite du boîtier, nous devons dévisser deux grosses vis à main situées en haut de la paroi. Cette dernière repose sur le bas du châssis sur deux petits patins en plastique. De plus, elle est aimantée. Aucun risque de chute involontaire lors de son démontage ! Bien joué !

Cet espace va pouvoir être divisé en trois parties :

  • A gauche, nous avons l’espace réservé à l’acheminement des câbles des E/S vers la carte mère. Le châssis comporte de multiples ouvertures pour se faire. Le InWin 216 Pure White a en plus des saillies créées dans la paroi permettant d’utiliser les colliers de serrage fournis pour un joli câble management,
  • A droite, nous retrouvons une large ouverture assurant l’accès au dos de la carte mère pour l’installation du système de refroidissement du processeur. En dessous, InWin livre son boîtier avec deux supports à disques durs 2,5″,
  • Tout en bas, nous avons le cache alimentation comprenant une cage à disques durs et bien évidement l’emplacement de l’alimentation,
  • L’utilisateur dispose d’un espace de 25 mm de large pour l’agencement des câbles.

L’installation des disques durs 2,5″ sur leurs supports est simple. Il y a seulement une vis à main à enlever. Le disque dur se fixe ensuite à l’aide de quatre vis fournies dans les accessoires.

Pour compléter les options de stockage, le boîtier a une cage à disques durs dans le cache alimentation. Equipée de deux racks, elle pourra accueillir indifféremment des 2,5″ ou 3,5″. À ce stade, le InWin 216 peut recevoir quatre disques de 2,5″ ou deux 2,5″ et deux 3,5″. Voici de quoi stocker sereinement l’intégralité des photos et vidéos de vacances de l’utilisateur.
Néanmoins, cette cage est fixe et rivetée au châssis. Il n’y a pas possibilité de la mobiliser ou de l’enlever en cas de besoin. De plus, les disques ne reçoivent pas de patins anti-vibration, ils sont installés directement sur les racks en plastique.

Enfin, l’alimentation viendra se poser sur l’emplacement qui lui est réservé. Elle pourra mesurer jusqu’à 220 mm. Elle n’a pas non plus de patins anti-vibration, elle reposera directement sur le châssis. Nous apercevons le filtre qui la protégera de la poussière ainsi que les petites formes hexagonales qui assurera l’échappement de l’air chaud vers l’extérieur.

Nous vous parlions des câbles des E/S situés sur le dessus de la façade. Il y a :

  • Une prise USB 3.0,
  • Une prise audio,
  • Les prises HDD LED, Power LED et Power.

De l’autre côté du InWin 216, pour plonger dans les entrailles du boîtier, nous devons enlever la paroi en verre trempé. Et niveau sécurité, la société a assuré. Comme pour la paroi de droite, celle-ci s’enlève à l’aide de deux grosses vis à main. Elle repose également sur deux petits patins logés dans le bas du châssis. Elle est également aimantée. Et pour parfaire le tout, les quatre coins de cette paroi en verre trempé sont équipés de petits patins protecteurs en caoutchouc. Le plus malchanceux/maladroit des utilisateurs est serein !

Et voici l’intérieur du InWin 216. C’est un boîtier au format moyen tour, il mesure 465 x 220 x 460 mm. Il pourra accueillir des cartes mères au format Mini-ITX, M-ATX, ATX et E-ATX. Les cartes graphiques y trouveront de quoi se loger confortablement puisqu’elles pourront mesurer 380 mm de long (maximum), 170 mm de large (maximum) et 58 mm en épaisseur (maximum). Les ventirads pourront mesurer 166 mm maximum.

Nous l’avions signalé dans le début de cette présentation, InWin fournit un support de GPU pour empêcher l’affaissement de celui-ci. Il s’installe simplement grâce à deux vis dans une fente prévue dans le châssis. Efficace, mais pour le coup peu esthétique.

Nous nous retrouvons dans la partie intérieure droite du boîtier. Nous avons l’emplacement pour le système de refroidissement. Pour rappel, celui-ci pourra accueillir trois ventilateurs de 120 mm ou un radiateur pour refroidissement par watercooling de 360 mm maximum.

À gauche, nous retrouvons le ventilateur de 120 mm pré installé. Il pourra se substituer à un radiateur de 120 mm pour un refroidissement liquide du CPU par exemple. Les équerres PCIe verticales et horizontales sont ajourées par de nombreux petits trous pour assurer l’évacuation d’une partie de l’air chaud.

Tout en haut, les deux autres ventilateurs pré-installés par InWin sont en place. Il n’y a possibilité d’installer que deux ventilateurs de 120 mm. InWin ne laisse pas de place pour un radiateur de 240 mm accompagné de ses ventilateurs (ça ne passe pas une fois la carte mère en place). Pas de place non plus pour des ventilateurs en 140 mm ! Choix étonnant, il n’y a pas non plus de place pour un troisième ventilateur alors que l’espace l’y autoriserait. Dommage…

Enfin, tout en bas, nous avons le dessus du cache alimentation. Nous retrouvons l’effort fourni par InWin pour apporter un maximum d’esthétisme à ce boîtier. Le dessus de ce cache alimentation est parsemé d’hexagones pour assurer la circulation de l’air. De plus, la société a créé plusieurs ouvertures sur le côté pour visualiser une partie de l’alimentation. Tout à droite, l’espace réservé pour un radiateur (et ventilateurs) installé en façade est de 68 mm.

Cherry on the cake ! Le cache alimentation pourra recevoir un ultime disque dur de 2,5″ grâce à un support supplémentaire (non fourni dans le bundle).

Le InWin est donc livré avec trois ventilateurs blancs de 120 mm. Ce sont des InWin Sirius Pure ASP120.

Voici leurs caractéristiques complètes :

Nous l’avons dit, nous avons pris une petite claque visuelle en découvrant ce InWin 216. La société a réussi un brillant mélange de couleurs et de matières. C’est sobre et c’est beau ! Cependant, l’exploration de ce boîtier nous a aussi révélé quelques petits manques.
Satisfaits de la qualité esthétique de ce boîtier, nous pouvons aller examiner le côté performances de celui-ci.

Passons au montage maintenant !

Pour faire notre test, nous avons donc équipé le InWin de la configuration suivante :

  • ASRock B550 Steel Legend
  • AMD Ryzen 5 3600
  • 16 Go HyperX Fury 3200 MHZ DDR4
  • Sapphire RX 5700 XT Pulse
  • BeQuiet Straight Power 10 600W
  • AMD Wraith Prism
  • SSD Samsung 970 EVO NVMe M.2 1 To
Total
7
Shares
1 comment
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qualité / Finition
Design
Agencement interne
Flux d'air
Câble management
Capacité Watercooling
Note finale

Previous Post
EK-Quantum-Vector-TUF-RX-6800-6900-004

EK Quantum Vector TUF : des waterblocks pour ASUS TUF RX 6800 et 6900

Next Post
Alfredo-Sequeida-Nerf-Raspberry-1

Un pistolet Nerf pour jouer à Call of Duty

Related Posts