GIGABYTE présente son nouveau boîtier, le AORUS C700 GLASS

GIGABYTE a annoncé aujourd’hui le nouveau boîtier de jeu, l’AORUS C700 GLASS.

L’AORUS C700 GLASS peut recevoir une carte mère E-ATX maximum. Les refroidisseurs de processeur iront jusqu’à 198 mm de hauteur. La carte graphique aura 490 mm de longueur (le GPU peut être mis à la verticale). Le bloc d’alimentation pourra mesurer 200 mm de longueur maximum.

Le système de ventilation peut recevoir trois ventilateurs de 140 mm ou 120 mm respectivement sur les panneaux supérieur et avant. Il est aussi possible d’ajouter un de 140 mm ou deux de 120 mm à l’arrière. De plus, GIGABYTE a préinstallé trois ventilateurs PWM de 120 mm à l’avant. La société a aussi équipé l’AORUS C700 GLASS de deux ventilateurs ARGB de 120 mm à l’arrière.

Le système de refroidissement liquide peut être installé avec un radiateur au maximum de 420 mm en haut. Il peut y avoir un radiateur de 360 ​​mm maximum à l’avant. Le radiateur sera de 140 mm maximum à l’arrière.

Pour l’installation des disques durs, le boîtier peut prendre en charge 6 SSD 2,5 “et 4 disques durs de 3,5”.

De l’ARGB en pagaille

De plus, AORUS C700 GLASS a un contrôleur de concentrateur ARGB et PWM intégré. Il fournit trois connecteurs ARGB 5v 3 pins et cinq connecteurs PWM, ce qui permet aux utilisateurs de connecter des bandes RVB supplémentaires. Les joueurs peuvent aussi télécharger le RGB FUSION 2.0 pour personnaliser les différents effets d’éclairage RVB.

De plus, AORUS C700 GLASS a un contrôleur de concentrateur ARGB et PWM intégré. Il fournit trois connecteurs ARGB 5v 3 pins et cinq connecteurs PWM, ce qui permet aux utilisateurs de connecter des bandes RVB supplémentaires. Les joueurs peuvent aussi télécharger le RGB FUSION 2.0 pour personnaliser les différents effets d’éclairage RVB.

Enfin, le boîtier a quatre ports USB3.0, un port USB 3.1 Gen2 Type-C 20 Go / s. Il a en plus un port HDMI, un port audio, des boutons RVB et des boutons de vitesse du ventilateur.

Retrouvez l’actualité hardware ici

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire