Sharkoon SKILLER SGK20 : un clavier mécanique abordable

Sharkoon Technologies élargit sa gamme de claviers de jeu avec un nouveau clavier mécanique au look soigné et au format pleine longueur. Le Sharkoon SKILLER SGK20 utilise un design sans bordure avec un éclairage RGB qui peut être entièrement ajusté dans le logiciel et un passe câbles en dessous. Il est livré en deux versions, avec des interrupteurs Huano rouges ou marron.

Contrairement aux derniers claviers de Sharkoon, le SKILLER SGK20 dispose d’un format pleine longueur avec 105 touches. Il présente un design extra fin avec un boîtier sans rebord pour s’adapter parfaitement à n’importe quelle configuration. L’aspect soigné est également complété par un passe-câbles sur la face inférieure, qui permet à tout moment de positionner le câble tressé de la manière la plus discrète possible.

Sharkoon SKILLER SGK20 : des switches rouges ou marrons

Techniquement, le SKILLER SGK20 veut marquer des points avec un taux d’interrogation de 1 000 Hertz et des switches mécaniques Huano. Comme toujours, les switches rouges sont recommandés pour les joueurs grâce à leurs caractéristiques linéarité sans bruit de clic ni résistance, tandis qu’une version avec switches tactiles marron avec point de commutation tactile est également disponible pour les dactylos et les joueurs occasionnels. Le constructeur estime la durée de vie des deux switches à 20 millions de clics.

Grâce au logiciel maison, l’éclairage RGB du clavier peut recevoir jusqu’à 18 effets préprogrammés avec réglage d’intensité, de couleur et de luminosité et enregistré dans différents profils. Toutes les autres options du logiciel, y compris les macros programmées, peuvent également être regroupées dans 20 profils de jeu et modifiées en quelques clics si nécessaire.

Le SKILLER SGK20 avec switches marrons ou rouges est désormais disponible au prix public conseillé de 39,90 euros.

Source : Communiqué de presse

Retrouvez l’actualité hardware ici

Arnaud.O

Comme Obelix, je suis tombé dedans étant petit. Heureux possesseur d'un Commodore 128 à 14 ans, j'ai côtoyé les Atari et Amiga de l'époque avant de plonger définitivement dans le monde du PC. Infirmier libéral de profession, je suis habilité à vous prescrire une bonne dose de news et de tests.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page